Quelques livres en vitrine !

Gael FAYE reçoit le Prix Audiolib 2017 pour son premier roman Petit Pays

Rechercher dans ce blog

mercredi 12 octobre 2016

Michaêl URAS - Aux petits mots les grands remedes


Livre lu en Septembre 2016



Pourquoi j'ai choisi ce livre :
Les livres traitant des mots, voire des livres, et de la bibliothérapie m'interessent, voire m'interpellent, et je voulais voir ce que celui-ci pouvait bien me dévoiler car je pense de plus en plus que la lecture d'un livre, si elle ne "guérit" pas peut agir comme un pansement pour l'ame et que parfois les mots, les phrases, les situations nous ramenent a une réalité que souvent nous oublions, et permettent, souvent  de faire un parallele avec notre propre vie, ou un thème qui permet de rebondir et qui peut devenir sujet d'interet... pour nous meme ou par rapport a des situations déja vécues ou entendues a propos d'autres personnes... Voila en quelques lignes pourquoi j'ai décidé de me procurer ce livre de Michael URAS sorti au mois d’août dernier aux éditions Préludes.

4eme de Couverture :
Alex, notre héros passionné par les livres, a choisi d'exercer le métier peu commun de bibliothérapeute. Sa mission : soigner les maux de ses patients en leur prescrivant des lectures.
Yann, l'adolescent fragile qui s'est fermé au monde ; le cynique Robert, étouffé par son travail et qui ne sait plus comment parler a sa femme ; Anthony, la star de football  refusant de s'avouer certaines de ses passions... Tous consultent Alex. Mais qui donnera des conseils au bibliothérapeute lui-même ? La clé du bonheur se trouve-t-elle vraiment entre les lignes de ses livres chéris ?
En convoquant les auteurs qui ont compté, Michaël URAS propose, sous une plume vive et légère, une hiostoire revigorante et inspirante, pleine d'humour et d'esprit, qui rend hommage aux mots, ceux des autres, ou ceux que chante notre petite musique intérieure.

Mon avis :
J'ai beaucoup apprécié cette lecture, ainsi que le personnage d'Alexandre, mais celui qui m'a le plus attiré, c'est celui de Yann, et la relation qui s'installe entre ces deux personnages au fil du livre. Hélas, j'ai trouvé qu'il manquait beaucoup de profondeur aux  autres patients que côtoyé Alex dans son quotidien de bibliothérapeute . Peut etre parce que le parcours de Yann a réussi a me toucher profondément.
Alex quant a lui est un passionné, qui ne laisse "personne indifférent" sur son passage. A chaque évocation et discussion qu'il entretient avec les différents protagonistes de cette histoire, il ne peut s’empêcher de penser a un livre.... qu'il conseille ou non d'ailleurs, des mots venant du cœur au travers de la lecture a voix haute d'extraits d'ouvrages précis choisis en fonction de la demande et du ressenti de ses patients, et que lui et son patient vont commenter pour pallier a une problématique bien précise, ou la prescription de livres a lire ou d'écrivains écrivains. Des mots choisis avec le cœur afin de  réparer les maux de l’âme de ses patients.
Et puis il y'a Mélanie... l'ex petite amie d'Alex, on apprend qu'elle l'a quittée car elle ne supportait plus son amour inconditionnel pour les livres. Ainsi, Alexandre n'a t'il pas une blessure a guérir lui aussi ? Il en souffre.... Au travers des prescriptions qu'il va faire a ses patients, au travers des discussions qu'il va avoir avec eux, ne va t'il pas réfléchir aussi lui-même a sa propre condition ? et tenter de reconquérir Mélanie ? Va t'il y parvenir ? A quel prix ?. Il y'a beaucoup de thèmes abordés dans cet ouvrage, certains d'une manière moins profonde que d'autres et cela est bien dommage.
Un très bel ouvrage qui ne manquera pas de ravir les amoureux des mots, de la littérature et de la culture que nous sommes. Une bonne lecture pour moi dans son ensemble que ce livre de 380 pages, aux  courts chapitres qui vous fera passer comme a moi je l’espère un bon moment de lecture.
Il est a noter qu'en fin d'ouvrage, sont indiquées les références des livres prescrits par Alex a ses patients comme a lui même, faisant de ce livre une passerelle vers d'autres œuvres plus classiques.

Vous ne connaissez pas la bibliothérapie ? 
Découvrez sans plus attendre ce livre et d'autres références sur le blog.



D'autres références de livres aux éditions Préludes : 
Shelly KING : Le cœur entre les pages


Citations :
Je sortais toujours avec un livre dans la poche. Les grandes avenues parisiennes me permettaient de lire sans bousculer quiconque. Et accessoirement de ne regarder personne, ce qui m'évitait de percevoir des gens faussement pressés, caractéristique essentielle de la grande ville. Il faut être pressé pour être important. Etre pressé, c'est être attendu. Prendre son temps, c'est n'être pas attendu. N'intéresser personne. Alors, on fait mine de courir, de bousculer, de téléphoner frénétiquement. Dickinson ne faisait rien.

Je ne souhaite posséder que des livres. Il me faudrait un bout de terre où je pourrais les disposer tout autour de moi. Des centaines de livres. Des milliers de livres à gauche, à droite, devant, derrière, au-dessus, en-dessous. Et moi au centre. Ce serait une belle maison. Sans câbles. Sans interrupteurs. Sans faïence. Une maison faite de mots

Donc, la littérature c'est la vie de l'autre côté de la fenêtre. En cela, elle peut nous aider. Parce qu'elle est -presque- la vie. Il faut simplement adapter le texte à la situation. dans ce "simplement" se trouvait tout le sel de mon métier. Offrir le roman, la poésie qui, parmi les millions d'oeuvres existantes, parlerait à un pauvre humain. D'ailleurs, on disait "parler" pour un texte et ce n'était pas anodin. Un texte qui nous parle crée une véritable intimité avec son lecteur. Il ne passe pas par les yeux mais par les oreilles, pour nous pénétrer.

Parfois, la vie est rattrapée par la littérature. Peut-être parce que tout a été écrit. Peut-être parce que de plus en plus de gens écrivent. Il y a des millions d'auteurs et des milliers de lecteurs.

Il y a des moments essentiels dans nos existences, des moments si forts qu'ils anesthésient le réel. Des moments où l'huile de foie de morue semblerait un mets plein de saveur, ou une piqûre de frelon passerait pour une caresse affectueuse. Mais, pour en profiter, il faut être capable de les identifier. Ne pas les rater. Parce qu'il ne reviennent pas et laissent dans la bouche le goût amer du temps perdu.

- Peu importe votre prénom. Vous avez besoin d’un thérapeute ?
- Oui, enfin je crois. c’est compliqué.
Tous les patients estiment leur situation complexe. Sinon pourquoi viendraient-ils me voir ? Je n’imaginais pas l’un d’eux entrer en contact avec moi pour me dire que sa vie était une reussite, qu’il filait le parfait amour avec sa femme et qu’il s’épanouissait dans son travail. Quand tout va bien, on va a la bibliothèque, pas chez un bibliothérapeute.

Les réseaux sociaux n’ont pas été crées pour communiquer mais pour réconforter l’être humain malheureux, celui qui a perdu son travail comme celui qui a été raté par un coiffeur.

(…) la langue francaise est mal fichue. Où bien fichue je ne sais pas. Elle permet de dire des choses impossibles.

Les souvenirs sont partout. Ils nous construisent. Personne n’y échappe

Les grands écrivains sont des êtres surnaturels. Ils ont le pouvoir d’agir sur nos consciences.



Bande son :
Alan Sorrenti - Tu sei l'unica donna per me


U2 - With or Without you


Boris VIAN - La complainte du progrès


Charles TRENET - Douce France,


Charles TRENET - Que reste t-il de nos amours,


Charles TRENET - Mon coeur s'envole vers toi


Concertos Brandebourgeois de Bach


DAVID BOWIE MODERN LOVE


Ressources :
On en parle sur la RTBF

France Inter - Grand bien vous Fasse - Novembre 2016

Excellente journée !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas a laisser un p'tit mot !
Merci pour votre visite et à bientôt !