Quelques livres en vitrine !

Gael FAYE reçoit le Prix Audiolib 2017 pour son premier roman Petit Pays

Rechercher dans ce blog

mardi 22 novembre 2016

Barbara ABEL - Je sais pas


Livre lu en Novembre 2016




Pourquoi j'ai choisi ce livre ? 

Alors, alors. Depuis quelques temps, je fais partie d'un groupe Facebook "Le Club des mordus de lecture" dont l'administratrice, Lorraine nous a présenté ce livre et j'avoue m’être un petit peu beaucoup laissé tenter par tous les commentaires positifs qui ont découlé de cette présentation.
Il fallait que je vous parle de ce groupe parce que j'y suis depuis quelques temps, les conseils de lecteurs y sont pertinents et les personnes particulièrement agréables.
Merci Lorraine ainsi  qu'a tous les autres membres de ce groupe, de maintenir une ambiance aussi conviviale et chaleureuse chaque jour ! Voilà qui est dit !

4eme de Couverture ? 
Une belle journée de sortie scolaire qui vire au cauchemar. Une enfant de cinq ans a disparu. Que s'est-il passé dans la forêt ?
A cinq ans, on est innocent, dans tous les sens du terme. Pourtant, ne dit-on pas qu'une figure d'ange peut cacher un cœur de démon ?

Mon avis : 
Je dois vous avouer que ce livre, en plus d'être le premier que je lis de cette auteure,  est une réelle surprise pour moi. d'une part parce que sa couverture est absolument magnifique, d'autre part parce que la quatrième de couverture en dit suffisamment, juste ce qu'il faut pour intriguer le lecteur et lui donner envie de découvrir cette histoire, en apparence toute simple et qui va au fil des pages, devenir petit à petit, disons-le clairement, un véritable cauchemar. Une sortie scolaire ou en apparence tout se passe bien mais qui au final va tourner au drame. Les détails et subtilités périphériques importantes que l'on va découvrir au fur et à mesure du livre, qui vont faire tout le sel de l'histoire, et maintenir une tension palpable sont bien trouvées, la tension s'installe et ne nous quitte plus.

J'ai apprécié l'écriture de l'auteur et la logique implacable avec laquelle l'auteur ouvre et ferme des portes à la fois dans son récit et dans notre conscient/inconscient de lecteur, démonte une à une les petites questions intérieures que nous nous posons pendant la lecture tout en laissant en nous, la brèche, la part de doute, constante jusqu'au dénouement final.
Les retournements de situation sont nombreux et absolument excellents, les surprises sont multiples et le lecteur est littéralement embarqué dans cette histoire en apparence tout à fait banale mais qui cache son lot de secrets. L'intrigue et son déroulement sont à couper le souffle. J'ai apprécié le fait que la psychologie de chaque personnage soit très étudiée, très maîtrisée, la présence de personnages d'un côté terriblement humains et très attachants, terriblement machiavéliques d'un autre.


 J'ai pesté contre le caractère de cette petite fille toute gentille mais tout autant mystérieuse qu'est Emma Verdier, Ne sait-elle vraiment pas, ou cache-t-elle un terrible secret ?  Pourquoi ? Le coté suspicieux de Patrick, son papa. Jusqu’où peut-on aller pour protéger son enfant et sa famille ? C'est l'une des principales questions, que pose ce thriller glaçant mené de main de maître par la pétillante Barbara ABEL et par ici, vous l'aurez compris, c'est un véritable coup de cœur ! Et vous devriez savoir, si vous me lisez souvent,  que je suis assez exigeant quand il s'agit de donner mon coup de cœur à un livre !

Je voulais aussi remercier personnellement Barbara ABEL pour sa gentillesse, sa disponibilité et la jolie dédicace lors de la fête du livre du var le weekend dernier. Au plaisir de vous retrouver pour de nouvelles aventures. Et je vous déclare d'ores et déjà que "L'innocence des bourreaux", sorti en octobre 2016 au format poche,  est dans ma pile à lire et que je vais suivre attentivement l'actualité de cette auteure.


D'autres livres de Barbara ABEL : 
Ma chronique sur le livre "L'innocence des bourreaux" lu en Décembre 2016



Citations

Comment lui en vouloir ? Elle a cinq ans et à cet âge, la notion de vérité a des contours bien flous.

A cinq ans, on est innocent dans tous les sens du terme.

Ne pas savoir engendre tous les possibles.
Et parmi ces possibles, le pire est toujours celui qui s'impose à l'esprit avec le plus de férocité.

Emma trouve étrange que l'on puisse pleurer parce que l'on a fait souffrir quelqu'un...
En général, ce sont ceux qui souffrent qui pleurent, non ?

"Tu as bien dormi", c'est comme "comment ça va" : une question ordinaire qu'on pose plus pour établir le contact que par réelle curiosité.

C'est étrange comme lorsque tout va mal, les choses les plus insignifiantes acquièrent une valeur inédite.

Le meilleur moyen de protéger nos enfants contre les rebuts de notre société est de les éduquer, de leur apprendre d'où vient le danger.

Ressources : 

Le grand Frisson sur la RTBF

Le 8/9 de la RTBF
Et de trois sur la RTBF 

Bonne journée ! 

2 commentaires:

N'hésitez pas a laisser un p'tit mot !
Merci pour votre visite et à bientôt !