Quelques livres en vitrine !

Ce Blog est membre du jury Prix Audiolib 2018

Rechercher dans ce blog

jeudi 7 juin 2018

Lecture audio : Bakhita de Véronique OLMI lu par l'auteur


Prix du Roman Fnac 2017
Prix Goncourt Choix de l'Orient 2017



Livre audio écouté 
dans le cadre du Prix Audiolib 2018

Pourquoi j'ai choisi ce livre :
Bakhita a fait très grand bruit dès de sa sortie en librairie en Aout 2017.
Je me méfie toujours un peu des buzz littéraires quand ils sont importants. Je fais partie de ceux qui préfèrent laisser tranquillement le livre s'installer, faire son petit bonhomme de chemin et le lire ensuite. Du coup, je ne me le suis pas procuré, par "peur". Pour avoir vu en librairie ce petit pavé à plusieurs reprises... c'est plus la crainte que le sujet ne me plaise pas qu'autre chose qui m'a un peu freiné. Et puis, inévitablement, Audiolib est passé par la en proposant non seulement une version audio de ce roman, mais qui plus est une version, "lue par l'auteur." Donc double sentiment : A la fois la surprise de cette publication doublée d'une certaine crainte...


Présentation du livre par son auteure : 


4eme de Couverture :
Elle a été enlevée à sept ans dans son village du Darfour et a connu toutes les horreurs et les souffrances de l'esclavage. rachetée à l'adolescence par le consul d'Italie, elle découvre un pays d'inégalités, de pauvreté et d'exclusion.
Affranchie ) la suite d'un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres.
Bakhita est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte. Avec une rare puissance d'évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d'âme dont la source cachée puise au souvenir de sa petite enfance avant qu'elle soit razziée.

Mon avis :
J'expliquais dans mon introduction, que j'étais assailli par une crainte a l'écoute de cet ouvrage, même deux : La peur que l'histoire ne me plaise pas mais également la crainte liée au choix de faire lire un livre par son auteur. Plus d'une fois, et encore cette année dans le cadre du prix, j'ai émis l'idée, et je pense que je ne suis pas le seul membre du jury a le penser...  qu'oser cela est a double tranchant... soit c'est bien, soit c'est plutot "Casse gueule" pour dire les choses comme elles sont.  En clair, l'exercice est très difficile.... Je me souviens d'une écoute de "Boussole" par Mathias ENARD qui m'avait laissé perplexe. Et dans le cas de ce roman, on ne peut pas dire que la version audio lue par Véronique OLMI soit une grande réussite... C'est fort dommage.... En effet, j'ai noté à plusieurs reprises des cassures de ton dans la diction du texte, et une voix semblant chevrotante par moments. Je suis allée au bout de mon écoute malgré tout, avec quelques pauses et le sentiments que ces défautes s'estompaient au fil du roman...  (vous voyez, y'a pas que du négatif hein !). Bakhita est un roman historique, bourré de qualités malgré cela, le texte est fort, beau, interessant et j'avoue qu'en pensant a la vie chaotique et au combat de cette femme qui, captive, puis esclave devant fuir a travers le monde va devenir une sainte, j'ai bien fait de continuer ma lecture jusqu'au bout tant véronique OLMI s'est inspirée de cette histoire réelle, et ca c'est un véritable point fort du roman avec beaucoup d'empathie et de justesse, les descriptions, les narrations sont malgré tout magnifiques et je suis pret a en oublier l'aspect vocal de ma lecture tant j'ai été touché par cette histoire et par ce texte, qui a certains moments, avait des allures de film.
C'est pas pour rien si au cours de mes recherches et de mes balades, j'ai trouvé un film au sujet de cette Sainte.... film que je n'ai pas encore regardé mais dont je vous posterai la bande annonce.
Du coup, comme malgré tout j'ai été séduit... et je me dis que... ce livre, il a tout de même sa place, c'est un livre de 2017 a ne pas manquer.... même si sa version audio peut ne pas plaire... je me dis, qu'il a tout de même ses chances de continuer sa course dans le cadre du prix.
Si vous ne l'avez pas encore découvert, découvrez le sans attendre... faites vous votre idée, en audio comme en  livre papier. Mais c'est un livre a ne pas manquer ! Peut etre pas un coup de coeur pour cette version audio mais je me dis qu'il a tout de même une place dans mon top 5... et je suis pret, malgré tout a le sauver car c'est un livre fort de cette année 2017/2018.

Merci encore a Pauline et toute l'équipe d'Audiolib pour l'envoi de cet ouvrage et mille pardons pour les retards de chroniques....

Bon courage a Bakhita  !!! je suis persuadé que malgré tout il y'a quelque chose a en retirer...

 Les avis des autres membres du Jury Prix Audiolib 2018 :
A Propos de livres
Azilis
Baz Art
Le bouquinovore
Enna Lit
Jelydragon
Knit Spirit
L'antre de Luciole
Les lectures de Meuraie
Les pages de lecture de Sandrine
Lire Relire
Livre O Vert
Mes échappées livresques
Parenthèse de caractère
Sur ma table de nuit
Sylire
We're all mad about books

Extrait Audio :



Citations :
Elle se tait et elle sourit. Elle attend. Elle sait très bien attendre. Elle a eu tant de maîtres, elle a reçu tant d'ordres fous, elle sait que se taire est souvent la plus prudente des attitudes.

Son nom, elle ne l'a jamais retrouvé. Elle n'a jamais su comment elle s'appelait.
Mais le plus important n'est pas là. 
Car qui elle était, enfant, quand elle portait le nom donné par son père, elle ne l'a pas oublié....Cette enfant, qui aurait du mourir dans l'esclavage a survécu, cette enfant était et reste ce que personne jamais n'a réussi à lui prendre...



Elle voudrait leur dire comme la vie est rapide, ce n'est qu'une flèche brûlante et fine, la vie est un seul rassemblement, furieux et miraculeux, on vit on aime et on perd ceux que l'on aime, alors on aime à nouveau et c'est toujours la même personne que l'on cherche à travers toutes les autres. Il n'y a qu'un seul amour. 




Elle ne sait pas comment elle s'appelle.Elle ne sait pas en quelle langue sont ses rêves. Elle se souvient de mots en arabe ,en turc,en italien ,et elle parle quelques dialectes.Plusieurs viennent du Soudan et un autre de Vėnėtie. Les gens disent《 Un mélange 》 .Elle parle un mélange et on la comprend mal.On doit tout redire avec d'autres mots.Qu'elle ne connaît pas.




Mais cette envie de vivre qui la saisit là, dans cette captivité où elle est moins considérée qu'un âne, est comme une promesse qu'elle se fait : elle veut vivre. Cette pensée est à elle. Personne ne peut la lui prendre.




Bakhita comprend qu'on peut tout perdre, sa langue, son village, sa liberté. Mais pas ce que l'on s'est donné. On ne perd pas sa mère. Jamais. C'est un amour aussi fort que la beauté du monde, c'est la beauté du monde. 





La vie était un carnaval aux masques trompeurs, à la joie factice, une fête susceptible de si vite s’interrompre.

Ressources

La grande Librairie


52 Minutes avec Véronique OLMI

Entrée libre - France 5


Bande annonce du film Bakhita

Ce film date de 2009



Bonne journée !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas a laisser un p'tit mot !
Merci pour votre visite et à bientôt !