Quelques livres en vitrine !

Gael FAYE reçoit le Prix Audiolib 2017 pour son premier roman Petit Pays

Rechercher dans ce blog

vendredi 1 juillet 2016

Loulou ROBERT - Bianca


Livre lu en Juin 2016

Pourquoi j'ai choisi ce livre :
C'est par le biais de la publication Facebook d'une amie (que je remercie vivement !) que j'ai découvert l'existence de ce roman. J'en ai pris note, et je voulais patienter. Puis le roman a fait parler de lui ... dans On n'est pas couché, puis par la suite dans La grande Librairie.... Et je me suis décidé a me le procurer. Je suis heureux de vous présenter cette lecture  aujourd'hui et je remercie encore cette amie qui se reconnaitra pour la jolie découverte.

4eme de Couverture :
"Je m'appelle Bianca. C'est ma mère qui a choisi ce prénom. C'est son coté Américaine même si l'Amérique elle connait pas. Il y'a un mois jour pour jour, assise dans mon salon en compagnie de Teddy, le chat de la maison, je regardais la télévision. Teddy dormait. Les lignes de ses lèvres supérieure et inférieure me souriaient. Il avait l'air bien. Je me suis dit que si je fermais les yeux et laissais tout aller, je sourirais peut être comme lui. Les lignes bleues qui sillonnent mes poignets ont été inondées de rouge, du rouge sur le sol, sur mes vètements. Au moins, ce n'était plus tout noir. Au moins, il y'avait la couleur."

Il n'est pas normal de refuser de vivre quand on a 17 ans.
Parce qu'elle devrait manger davantage et n'aurait pas dû s'ouvrir les veines à un si jeune âge, Bianca est admise dans l'unité psychiatrique pour adolescents de sa ville natale. Bianca ne s'élève pas contre cette décision. Elle ne se révolte pas. Même si elle ne voit pas en quoi le fait d'être enfermée et soumise à de multiples interdits peut atténuer la souffrance qui la détruit, Bianca se tait, obéit et regarde. Elle observe le monde chaotique qui l'entoure. Tous, médecins, soignants, patients et familles ont l'air si fragiles, si démunis... Aucun remède ne semble exister, aucune lumière ne paraît capable d'éclairer ce lieu opaque ou Bianca a le sentiment effrayant de s'être enfermée toute seule.
Et pourtant...
La vie est là. Les sensations, les émotions, les visages, les événements, les affrontements, les pulsions, les sentiments vous cernent et vous travaillent au corps. On peut croire qu'on ne sait plus vivre, on vit tout de même.
Et Bianca observe avec une attention scrupuleuse ce flot de vie inexorable qui, sans qu'elle n'y puisse rien, l'envahit, la ranime et la submerge.
Avec une retenue rare et une lucidité tranquille, Loulou Robert retrace le déroulé de cette traversée singulière.

Mon avis :
Dans ce livre nous allons suivre et partager le quotidien de de Bianca, une jeune adolescente qui a la suite d'une tentative de suicide va se retrouver internée en hopital psychiatrique. Voila le point de départ de l'intrigue. Nous allons faire connaissance avec ses camarades de chambrée au destin pas toujours facile, et le personnel de l'hopital en charge de ces patients. Bianca est une jeune adolescente qui n'a pas sa langue dans sa poche, et qui va partager a la fois de manière tendre, parfois poétique et très tranchée, et nous communiquer comme de véritables amis,  ses premières fois, ses tourments, sa vision de la vie

La plume de Loulou Robert est particulièrement fluide. Pour un premier roman, c'est une jolie réussite. J'ai vraiment passé un très agréable moment avec cette lecture, une lecture sensible sur le passage de l'enfance a l'adolescence, ses dérives, les bonheurs, les malheurs et leurs conséquences.  je me suis attaché pratiquement a tous les personnages, avec beaucoup de sympathie et d'empathie pour Jeff, avec qui Bianca va lier une amitié tout a fait singulière et particulière. J'ai éprouvé beaucoup  de tendresse pour cette grande gueule (mais lucide) qu'est Bianca ainsi que tous les autres personnages de ce livre. leurs histoires parfois tristes sont un reflet du monde actuel, un regard porté  beaucoup sur le questionnement, la recherche de soi, a la fois tendre et rude, une plume sensible et maîtrisée. Un bien joli roman sur l'adolescence, ses excès et ses tourments !

Quelques allusions a des références littéraires également. Baudelaire, Balzac et Verlaine sont aussi de la partie... Quand un livre en appelle d'autres... c'est souvent bon signe pour aller plus loin...

tous les livres sur Babelio.com


Hope, second roman de Loulou Robert est la suite de celui-ci, cliquez sur ce lien pour lire ma chronique sur ce livre.

Citations :

En entendant le mot « psychiatrie », j’ai pensé qu’ils m’envoyaient chez les fous. Aujourd’hui je me rends compte que ce n’est pas nous qui sommes fous, c’est le monde qui est fou. Et si on est abimés, c’est parce qu’on s’en est aperçus. Personne n’est normal, la normalité ça n’existe pas. C’est juste un mensonge de plus


Passer Halloween dans un hôpital psychiatrique, ça fait sens. C’est ici le film d’horreur. Tout un tas de tarés enfermés dans un même endroit. Ça pourrait faire l’objet d’un super film. Moi je vous le dis.


On a toujours besoin de croire en quelque chose, surtout quand on est enfant. On croit au père noël, aux monstres, aux parents, aux bonnes notes. Quand on a plus tout ça, il reste quoi ? Quand je regarde ma famille, mon lycée, ce qui se passe dans le monde… je n’y’ crois plus.


C’est un mot qui fait tout de suite flipper. Le cancer. Mais aujourd’hui il est presque devenu normal d’en avoir un. Tu nais dans un monde ou tu as une chance sur trois d’avoir un cancer dans ta vie. Et attention, il y’a le choix. Cancer du sein, de la prostate, des poumons, du colon, de la bouche, de la peau. C’est dingue, vous saviez qu’on peut même avoir un cancer du nez ? On peut avoir des cancers partout et de tout. Un jour on te demandera quel est ton cancer comme on te demandera quel est ton nom.
« Et vous, c’est quoi votre petit cancer ? Oh, moi, c’est un cancer du cul. Oh comme c’est original, je ne le connais pas celui-ci. »


On ne cherche pas un cancer, c’est lui qui vous trouve. Alors ca sert a quoi de vivre planqué derrière une vie saine à base de cinq fruits et légumes par jour, sans alcool, et sans risques. A se faire chier toute sa vie.

Quand tu n’existes pas aux  yeux des autres, tu finis par ne plus exister. Ca arrive comme ca, tu perds ton emploi, ta femme te quitte, tuy te retrouves a la rue. Les gens baissent les yeux, ne te voient plus. Tu oublies qui tu es et tu deviens fou.

Il me dit qu’après la pluie il y’a presque toujours un arc-en-ciel qui révèlera mes couleurs.

C’est quoi la beauté ? Un drole de truc n’est-ce pas ? Pourquoi on est beau et pourquoi on ne l’est pas ? Je crois que c’est une question d’harmonie, comme en musique. Une mélodie est belle quand les notes s’accordent et forment un tout harmonieux.  On dit que c’est beau. C’est la meme chose pour un visage, je crois.



Bande son :
Beach Boys " God Only Knows"


Beach Boys "Good vibrations"


Carla Bruni - Raphael




Resssources :
Loulou ROBERT dans "On n'est pas couché" le 12 Mars 2016


Loulou ROBERT dans "La grande librairie" Avril 2016


Bonne journée !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas a laisser un p'tit mot !
Merci pour votre visite et à bientôt !